Pliage Falk – 3

Eureka

Le problème posé et résolu par Gerhard Falk est le suivant : comment plier une grande feuille, un plan de ville par exemple, de telle sorte qu’elle prenne moins de place, qu’on puisse la ranger facilement, tout en conservant le voisinage des lieux. Avec cette méthode de pliage, la feuille du plan de Berlin qui mesure 90 x 120 cm se range dans un étui de 21 x 11 cm et chaque partie du plan peut se consulter, comme sur la photo ci-dessus, sans que jamais la taille de l’objet dépasse 27 x 20,5 cm.

 

Pour parvenir à ce résultat, il faut pouvoir réduire à la fois la longueur et la largeur de la feuille. L’idée est de plier en accordéon dans un sens puis dans l’autre. Mais alors il faut déplier complétement dans un sens pour pouvoir déplier dans l’autre sens. On ne peut pas consulter une partie au centre du plan sans déplier complétement au moins dans un sens. Une solution serait de découper la feuille en bandes (verticales par exemple) mais on perd l’intégrité de la feuille et pour se déplacer sur le plan, il faut connaître le numéro de la bande où l’on se trouve et chercher la bande voisine. Chacun sait que les feuilles libres se mélangent facilement. Comment concilier ces deux exigences contradictoires : conserver les voisinages et rendre indépendantes les bandes verticales, découper des bandes sans les séparer ?

(parenthèse)

Le pliage Falk est à l’image de l’amour-haine, paradoxal, il doit concilier dépendance et séparation, liberté et contrainte. C’est sans doute pour cela qu’il m’attire, que j’ai envie de l’utiliser dans mes recherches plastiques.

(/parenthèse)

Eh bien, il suffit de plier la feuille horizontalement en plis inégaux et décalés.

De la sorte, il n’est plus nécessaire de couper la feuille sur toute sa longueur dans le sens vertical. Il suffit de fendre la feuille là où les deux faces des plis horizontaux se recouvrent et il subsiste des isthmes entre les plis verticaux qui maintiennent l’intégrité de la feuille et les voisinages !

   

Cliquer sur les images pour les agrandir.

3 commentaires

  1. J’y comprends rien, mais je veux savoir ça m’attire bien sûre. Je prendrai une grande feuille qd je viendrai, histoire que tu me montres!!!
    J’espère que tu vas bien, j’aime tes recherches et ta démarche plastique!
    Et vive « les malades des blogs »!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s