Apocalypse

A travers la béance de l’alphabet d’hier (article précédent) apparaissait cette gravure de l’Apocalypse d’Albert Dürer. « Apocalypse » signifie « dé-couverte ». « Dé-couvrir », j’aime y voir une sorte d’inversion du « couvrir » de la Genèse 3, 7 : « Et ils ont cousu / des feuilles de figuier / et ils se sont fait / des pagnes » (traduction d’Henri Meschonnic).

C’est aussi l’occasion d’annoncer l’exposition des 16 bois gravés d’Albert Dürer illustrant l’Apocalypse, au musée de Gravelines, du 17 septembre au 18 décembre 2011.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s