Type / contretype, gravure / estampe, cuisine

img_3983.1295025038.jpg

Un choix de matrices obtenues par contretypage de la matrice en linoléum qui apparaît tout à fait à gauche sur la photo. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Un article pour répondre, partiellement, à tous ceux qui se posent et me posent des questions sur les techniques que j’ai employées ces derniers temps.

Le mot « gravure » évoque le fait de creuser pour obtenir une matrice. Dans la taille douce (pointe sèche et burin pour ce qui concerne les travaux que je présente sur ce blog), ce sont les creux de la matrice qui retiennent l’encre et sont imprimés. Avec la taille d’épargne (linogravure, par exemple), au contraire, ce sont les reliefs qui retiennent l’encre et sont imprimés.

Le mot « estampe » évoque le fait d’imprimer. Taille douce et taille d’épargne permettent d’obtenir des estampes. Il existe aussi des procédés d’estampe qui utilisent des matrices sans relief : lithogravure et sérigraphie, par exemple.

Par le mot « contretype », je désigne un objet que j’obtiens par moulage sur une matrice en taille d’épargne. Ce contretype me sert de matrice secondaire que j’encre et imprime.

J’obtiens ces contretypes à l’aide de différentes matières et procédés. J’utilise des feuilles de plastique (sachets qui servent à emballer les fruits et légumes dans les supermarchés), de plastique expansé (des feuilles que l’on trouve comme protection lorsqu’on achète un téléviseur ou un ordinateur !), de plastique à bulles (des feuilles qui emballent les objets fragiles). Dans ce cas, je fais épouser les reliefs par fusion de ces matériaux à l’aide d’un fer à repasser (je protège avec du papier !). Je réalise aussi des contretypes en papier (papier journal, papier de soie) par collage de plusieurs épaisseurs que je pousse dans les creux à la presse en intercalant un lange. Il m’est arrivé de faire des contretypes en papier d’aluminium. Il m’arrive d’utiliser le recto et/ou le verso de ces contretypes pour imprimer.

Voilà toute une « cuisine » dont je préfère parler (oralement, donc) devant mes productions, dans l’atelier… Les prochaines « portes ouvertes » sont prévues au mois d’octobre pour ceux qui seront dans le Nord à cette période.

Voir aussi l’entretien que nous avons eu, Raphaële Colombi et moi, ici et , sur le blog de Raphaële « les mots plastiques ».

6 commentaires

  1. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de question sur l’article que j’avais programmé pour hier après-midi, surprise en voyant la liste des commentaires!

    J'aime

  2. […] J’ai imprimé quelques matrices, parmi celles présentée dans cet article, sur du papier de soie puis j’ai collé mes feuilles imprimées chacune sur une autre feuille. De la sorte, j’ai obtenu un support translucide et avec un aspect froissé. Voilà pour le travail sur la matière. Chaque “rideau” mesure 65 x 45 cm. En voici un photographié hors fenêtre. […]

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s